Date 9 nov 2017
Time 16h30
Location Salle Andrée Chédid -Hall 1 - BIEL
Category Conferences & Seminars
Organizer Institut des Finances Basil Fuleihan
Phone +9611425147
Email institut@finance.gov.lb
Website http://www.institutdesfinances.gov.lb

L’institut des Finances Basil Fuleihan a invité Mme Nayla Zreik Fahed a participer à une conférence débat autour du thème : Apprendre Autrement.

Mme Jinane Doueihy, directrice de formation à l’Institut des Finances Basil Fuleihan recevait M. Paul Pouzergues, ingénieur pour l’enseignement numérique et chef de projet FLE au SIAL Sorbonne Université et Nayla Zreik Fahed, Présidente de la Lebanese Alternative Learning.

Les questions posées aux deux intervenants étaient les suivantes :

  • Comment l’ère du numérique influence-t-elle les méthodes d’apprentissage ?
  • Quelles sont les enjeux, les défis et les stratégies à suivre.

Texte de l’intervention de Mme Nayla Zreik Fahed, présidente de LAL:

Cancer
Tout a commencé par un volontariat auprès d’enfants malades de cancer et qui, à cause de leur baisse d’immunité, s’absentaient souvent.
J’étais prof en langue et littérature française et en éducation alors et avec mon collègue Nagi dont le nom de famille est imprononçable par moi, nous avons eu l’idée d’une plateforme digitale d’enseignement qui permettrait à ces enfants de rattraper leur retard, d’étudier quand ils veulent, là où ils veulent à condition qu’ils aient un ordinateur et un accès internet.

Lebanese Alternative Learning
Parce que notre projet a eu du succès et qu’il répondait à un besoin, nous avons créé une association dont à présent on s’occupe à plein temps. Notre mission est celle d’un enseignement équitable, un enseignement de qualité, un enseignement qui donne des compétences et apprend à les réinvestir. Nous avons deux projets : Wirash qui sont des ateliers créatifs et Tabshoura surtout, notre plateforme digitale gratuite. Nous avons une belle équipe et faisons souvent appel à des volontaires bénévoles avec une passion à transmettre ou la passion de transmettre.

Tabshoura
Une plateforme d’enseignement digital gratuite. Nos ressources sont alignées avec le programme scolaire en 3 langues et dans toutes les matières. Nous produisons aussi des ressources extra-curriculaires sur l’art, la culture, la science, la santé, le civisme, etc.
Nous n’avons pas pour objectif de remplacer l’école ou le prof mais d’offrir un soutien, de permettre aux enfants de rattraper leur retard et aux profs d’avoir accès à des ressources de qualité adaptées au programme qu’ils enseignent.

The box
Un mini-serveur, de la taille d’un portefeuille, qui permet de connecter 30 ordinateurs ou tablettes sans réseau internet et sans électricité puisqu’il fonctionne sur une « power bank » et a une autonomie d’une dizaine d’heures. Tout notre contenu est sur une micro SD card facile à remplacer si on modifie, améliore ou ajoute du contenu. Cela a été créée pour répondre à l’absence de connexion internet dans les régions éloignées et les coupures de courant électrique. Je suis heureuse de vous dire que notre projet de box a été sélectionné par l’accélérateur Wise de la Qatar Foundation.

Digital enjeux
A présent, pour répondre au titre de l’intervention je vais m’arrêter sur les enjeux du digital, pour nous.
– Le nombre exponentiel d’usagers locaux, régionaux et internationaux. Enjeu : Comment adapter ses ressources à toutes les cultures ?
– La qualité des ressources. Il suffit d’avoir accès à un ordinateur pour pouvoir accéder à des ressources (Open source) infinies, souvent offertes à tous. Enjeu : Comment s’assurer de la qualité du savoir mis en ligne ? Quels critères ?
– La gratuité du savoir. Plus besoin d’être un privilégié du savoir, il suffit de vouloir apprendre. Enjeu : Comment apprendre à apprendre ? à profiter de l’univers virtuel qui s’ouvre à nous devant l’écran d’un ordi ?
– L’esprit de collaboration. Wikipedia, c’est juste merveilleux. C’est merveilleux cette envie de partager son savoir à l’échelle internationale, sans frontières. En plus, bien sûr du facteur économique, il y a un bel esprit de collaboration que le monde virtuel a mis en place. Enjeu : Comment en profiter ? Comment collaborer virtuellement ? Profiter de ressources existantes de qualité au lieu de refaire la même chose et peut-être moins bien ? Enjeu : Comment mettre en place de nouvelles stratégies de collaboration ?

Digital défi
– Enseigner autrement. Penser qu’il suffit d’employer un ordinateur pour être moderne et innovant. On peut faire un enseignement tout à fait traditionnel et figé en employant des techniques modernes. J’ai un ami qui parle du Style digital Victorien.
– Apprendre autrement. Savoir chercher et apprendre. C’est toute une nouvelle approche qu’il faut adopter. Accès rapide à une information superficielle. Là aussi, il faut apprendre à employer le digital, à faire des recherches, à établir des liens.

Digital stratégie
Du moins la nôtre
– Introduire de plus en plus l’apprentissage par projets, l’approche STEAM et les compétences transversales.
– Construire des partenariats, des collaborations pour produire du contenu de qualité sur des sujets divers ou des partenariats pour diffuser notre contenu au plus grand nombre.
– Produire sans arrêt et apprendre en produisant, diversifier, améliorer.
– Encourager le trilinguisme et notamment des ressources innovantes en arabe pour réconcilier les élèves avec cette langue.

Réfugiés
Mais pourquoi tu cherches à éduquer les réfugiés. Qu’ils arrêtent de faire des enfants ! qu’ils rentrent chez eux.
J’ai souvent et tout en comprenant et respectant les peurs des uns et des autres, je réponds que ceux qui n’ont pas été sur le terrain, ceux qui n’ont pas vu un enfant/ Je m’arrête tout de suite ici je n’utiliserai pas ici le cliché de l’enfant pieds nus et qui a froid parce que souvent ils ne le sont pas. Bien au contraire on porte un soin particulier à leur toilette/ Je ne parlerai pas non plus de l’importance de l’éducation pour éviter l’extrémisme bien que j’y croie fermement mais on l’a souvent évoqué. J’évoquerai plutôt ce qui pourrait sembler secondaire et pour nous a été le moteur même de ce qu’on a envie de faire : les rêves que certains ont partagé avec nous, leurs ambitions, leur envie de réussir dans la vie. Les enfants sont tous les mêmes qu’ils soient réfugiés ou pas. Et sans entrer dans la géographie et des frontières, éduquer un enfant c’est améliorer un petit peu le monde de demain.

Institut des Finances
Qu’est-ce que nous faisons ici, invités par l’Institut des Finances à témoigner, puisque nous ne sommes ni financiers, ni je dirai « institutionnels », ni même « livresques » ?
Ce qui nous lie à l’institut de finances en plus d’un projet, dont je parlerais dans quelques instants, c’est une même volonté d’aller de l’avant, d’institutionnaliser une démarche, de professionnaliser une approche, de la rendre pérenne sans craindre de se remettre en cause, d’apprendre de nos erreurs, de recommencer.

Irada Baladiya
L’institut des Finances a fait appel à notre savoir-faire dans le développement de contenu digital éducatif pour lancer la plateforme digitale : Irada baladiya.
Irada baladiya est un des projets menés par l’Institut des Finances et pour lequel nous avons mis en place une plateforme digitale et du contenu éducatif. Cette plateforme permettra la pérennité des ressources développées par ce formidable projet qui était donc d’assurer aux nouveaux élus municipaux (et à mon avis même à ceux qui l’étaient déjà) les informations nécessaires pour mener à bien leur mandat et d’introduire les nouveaux élus aux grands principes pour mener à bien son mandat.
Allez sur le site iradabaladiya.org

Etat
Quel rôle joue l’état dans des initiatives comme les nôtres qui pourraient être diffusées à l’échelle de la nation ?
Si je devais faire un état des lieux sans état d’âme, je dirais que vu l’état d’urgence de la situation régionale et l’état d’alerte de l’économie et des finances, l’état n’est pas en état de faire état de toutes les ONGs qui ont été créées par une société civile dans tous ses états pour répondre à l’état critique de l’éducation surmenée par une crise sans pareille. En tout état de cause, on préfère les initiatives d’états externes qui ont l’avantage du budget. Cet état de fait nous a permis une plus grande liberté de manœuvres même si nous ne sommes pas en état de reconnaissance officielle.
Ceci étant, j’espère que vous n’êtes pas en état de choc.